Avez-vous une Hernie Discale ? Quel Traitement Choisir ?

Si cet article en 19 questions-réponses ne remplacera pas une analyse médicale, il pourra en revanche vous donner des éléments de réponse très sérieux sur la hernie discale et vous révéler le meilleur traitement naturel actuel.

hernie discale traitement

Souvent à l’origine des maux de dos courants, la hernie discale reste aujourd’hui l’une des pathologies dorsales les plus diagnostiquées dans le Monde

Se caractérisant surtout par des douleurs difficilement supportables et une incapacité à réaliser le moindre effort physique, la hernie discale résulte notamment d’une dégradation des disques intervertébraux, que l’on retrouve dans la colonne vertébrale.

Traitement Hernie Discale N°1 : le Nubax

Le Nubax est un appareil qui décomprime les disques de la colonne vertébrale. Populaire en France, il permet à la fois l'alignement vertébral et l'étirement des muscles et des ligaments pour un soulagement rapide et durable.

Développé par le spécialiste du mal de dos www.lesmauxdedos.com, le Nubax® va vous permettre de dire adieu aux douleurs liées à la pathologie, mais aussi et surtout de soigner la maladie efficacement et sur le long terme.

De plus, il vous permettra d’éviter tous les médicaments chimiques souvent responsables d'effets secondaires pour l’organisme (antidouleurs, anti-inflammatoires…).

Il est d'ailleurs conseillé et prescrit par de plus en plus de chiropracteurs, physiothérapeutes et ostéopathes de renoms comme Peter Hamer, Dr G.D Cooper ou encore Dr Tim Ackland PhD.

Est-ce vraiment le traitement-miracle naturel pour la hernie discale que vous attendiez ? Sans aucun doute. Quoi qu’il en soit, essayez-le : vous avez 30 jours pour l'adopter, satisfait ou remboursé ! 

Quelques photos du Nubax...

exercice mal de dos nubax
appareil nubax mal de dos

La vidéo de référence qui explique très bien le fonctionnement du Nubax, l'appareil du site français www.lesmauxdedos.com.

Définition : Qu’est-ce qu’une hernie discale lombaire ou dorsale ?

Considérée comme l’une des maladies du dos les plus courantes de nos jours, la hernie discale est en réalité le résultat d’une mauvaise santé générale de la colonne vertébrale. Vous n’êtes pas sans le savoir, le dos se compose de différents éléments, comme les muscles, les os, les vertèbres et les disques intervertébraux. Justement, ce sont ces derniers disques intervertébraux qui sont en cause lors d’un déclenchement d’une hernie discale. Composés d’une structure fibreuse et d’un noyau gélatineux, ces disques se positionnent entre les vertèbres - d’où leur nom - et jouent le rôle d’amortisseurs lors de vos mouvements. Lorsque l’âge avance ou qu’un choc est reçu, ils peuvent se dégrader, faisant ressortir leur noyau de sa zone naturelle. Deux conséquences en résultent : d’une part le rôle d’amortisseur n’est plus assuré et les douleurs peuvent survenir, d’autre part le disque peut se déplacer pour venir heurter les nerfs, provoquant d’intenses douleurs. C’est ainsi que nait la hernie discale, que l’on appelle parfois hernie discale lombaire voire hernie discale dorsale.

Définition : Qu’est-ce qu’une hernie discale cervicale ?

Lorsque les disques intervertébraux dégradés se situeront en haut de la colonne vertébrale - zone cervicale - on pourra également parler de hernie discale cervicale. L’origine de la pathologie reste la même qu’une hernie discale commune, à savoir une dégradation des disques intervertébraux présents entre les sept vertèbres cervicales. Ces dernières se situent au niveau du cou, et assurent notamment le maintien de la tête et la relation entre la moelle épinière et les nerfs. Dégradés, les disques intervertébraux n’assurent plus leur rôle d’amortisseurs, et viennent se frotter contre les racines des nerfs cervicaux. D’où les douleurs plus ou moins intenses perçues au niveau du cou, de la nuque ou encore des épaules.

Définition : Qu’est-ce qu’une hernie discale foraminale ?

Quelque peu différente de la hernie discale, la hernie discale foraminale est une pathologie plus rare, majoritairement constatée chez les patients approchant la soixantaine d’années. Contrairement à la hernie discale lombaire ou cervicale, cette pathologie s’attaquera directement à la vertèbre - plus particulièrement le foramen - et non pas au disque intervertébral en lui-même. Se manifestant par de vives douleurs au niveau des lombaires, la hernie discale foraminale résultera notamment d’un frottement d’une ou plusieurs vertèbres sur les racines nerveuses. Autrement dit, cette fois ce ne sont pas les disques qui seront dégradés, mais directement les cellules de la vertèbre touchée.

Quels sont les symptômes de la hernie discale ?

Si la hernie discale est considérée comme un véritable fléau par le corps médical, ce n’est pas pour rien. Très douloureuse, elle va notamment se caractériser par de vives douleurs, et une incapacité à effectuer certains mouvements pourtant simples du quotidien. Les symptômes constatés seront d’ailleurs assez classiques, à savoir des douleurs ressenties au niveau du dos, de la jambe ou du pied, une sensation d’engourdissement dans les membres inférieurs, une faiblesse sur l’une ou l’autre des jambes, voire une certaine incontinence urinaire. Des symptômes sensiblement semblables à ceux de la sciatique d’ailleurs, ce qui n’a rien d’étonnant puisque les deux pathologies sont très liées. Si vous constatez la plupart de ces symptômes chez vous, il y aura donc de fortes chances que vous soyez malheureusement touché par une hernie discale.

A quelle douleur s’attendre lors d’une hernie discale ?

Lorsqu’un patient sera touché par une hernie discale, il ressentira de vives douleurs le long de sa colonne vertébrale, essentiellement au niveau des lombaires et des membres inférieurs. Ces douleurs seront d’ailleurs souvent comparées à de petites décharges électriques, survenant de manière impromptue et pouvant se répéter plusieurs fois dans la journée. Si rien n’est fait pour soigner la maladie, le patient pourra donc vivre un véritable calvaire de longues semaines durant, l’empêchant de vivre pleinement son quotidien. Si vous êtes vous-même atteint d’une hernie discale, ne tardez donc pas à vous soigner de manière efficace. D’ailleurs, je vous livre pour cela les traitements incontournables en fin de page.

Quand parle-t-on de hernie discale L5 S1 ?

Nous l’avons évoqué, une hernie discale est le résultat direct d’une dégradation des vertèbres du patient. A partir de là, cette pathologie dorsale pourra donc prendre sa source à différentes zones de la colonne vertébrale où se situent les 33 (ou 34) vertèbres du corps humain. Quand le disque intervertébral dégradé se situera entre la dernière vertèbre (L5) et le sacrum (S1), on parlera par exemple d’hernie discale L5 S1. Dans cette zone où sont situées les racines du nerf sciatique, l’hernie discale provoquera d’ailleurs de très vives douleurs. Malheureusement.

Quand parle-t-on de hernie discale L4 L5 ?

Au-delà de la hernie discale L5 S1, une autre hernie discale représentera la grande majorité des pathologies : la hernie discale L4 L5. Toujours sur le même principe que celui évoqué plus haut, cette hernie discale résultera d’une dégradation du disque intervertébral situé entre la racine L4 - nerf situé au niveau de l’avant de la cuisse - et la racine L5. Les douleurs ressenties seront là aussi vives, et se concentreront au niveau de la jambe et jusqu’au talon. Avec la hernie discale L5 S1, cette dernière représentera quasiment huit hernies sur dix.

Quand parle-t-on de double hernie discale ?

Bien que les cas soient plus rares, sachez qu’il sera malheureusement possible de subir deux hernies discales simultanément, au niveau des vertèbres L5 S1, mais aussi des vertèbres L4 L5. Dans ce cas précis, on parlera alors de double hernie, et le soin qui sera apporté sera bien entendu d’une importance extrême. Un traitement qui soulage les douleurs sur le court terme sera notamment le bienvenu, tout comme un soin de la colonne vertébrale sur le long terme.

Quelle différence entre protrusion et hernie discale ?

Souvent confondues, la protrusion et la hernie discale sont pourtant loin d’être des maux similaires. Contrairement à la hernie, qui résulte en fait d’un déplacement du noyau d’un disque intervertébral, la protrusion est elle une dégradation du disque en lui-même, et notamment de sa structure fibreuse. Ici, le noyau ne se déplace pas pour venir se frotter contre le nerf, c’est plutôt le disque qui se dégrade et n’assure plus son rôle d’amortisseur entre les vertèbres. La protrusion est ainsi naturelle, et logiquement constatée chez les personnes du troisième âge.

Une hernie discale peut-elle se résorber toute seule ?

D’un avis commun, que je ne partage pas forcément, une hernie discale pourra se résorber toute seule au terme de 2 à 3 mois de calvaire. Toutefois, selon moi, il n’y aura aucune chance de dire définitivement adieu aux douleurs si le problème n’est pas traité directement à sa source. En effet, même si les douleurs liées à la hernie discale pourront disparaître momentanément et sans traitement, il n’y aura jamais d’assurance que la pathologie ne revienne si rien n’est acté pour la soigner. Pour guérir, l’important sera notamment de régénérer en profondeur les cellules des disques intervertébraux, afin que ces derniers se « regonflent » et reprennent leur place initiale loin des racines nerveuses. Si rien n’est fait en ce sens, vous pourrez donc être certain que vos douleurs réapparaîtront. A ne pas prendre à la légère.

Combien de temps dure une hernie discale ?

En termes d’hernie discale, il n’y aura pas de vérité concernant la durée de la maladie. Pouvant s’étaler de quelques semaines à quelques années, la pathologie vivra en effet de façon différente en fonction des patients touchés. Par exemple, un patient qui ne se soigne pas et qui se contentera d’antidouleurs, pourra subir la maladie plus d’une vingtaine de mois, contre quelques semaines pour un autre qui apportera un soin direct aux cellules endommagées. La durée d’une hernie discale dépendra donc de la manière dont vous la soignez, et du temps que vous prendrez avant de lancer votre traitement.

Faut-il faire une IRM ou un Scanner pour déceler une hernie discale ?

Si vous ne savez pas encore si vous êtes victime ou non de hernie discale, sachez que la manière la plus simple d’établir un diagnostic restera la radiographie. Après avoir demandé l’avis de votre médecin traitant, il sera en effet primordial d’avoir recours à un Scanner pour déceler une éventuelle hernie, voire à une IRM qui sera davantage précise. Quel que soit votre choix - même si l’IRM semble mieux adaptée- vous n’aurez de toute façon pas d’autres alternatives pour confirmer la présence de l’Hernie discale. Sans radiographie, il vous sera en effet impossible d’analyser l’état de santé de vos disques intervertébraux, et donc de diagnostiquer la pathologie.

Quel spécialiste du dos pour une hernie discale ?

Au-delà des Radiologues - pour diagnostiquer la maladie - d’autres spécialistes médicaux pourront être consultés en cas d’hernie discale. Les Neurochirurgiens, par exemple, sauront vous donner davantage d’indications concernant les nerfs touchés, ainsi que la marche à suivre pour limiter les douleurs. Les Kinésithérapeutes, qui vous aideront à corriger votre posture, les Rhumatologues, ou encore les Chiropraticiens seront eux aussi des interlocuteurs intéressants pour comprendre au mieux l’hernie discale qui vous touche. En dernier lieu, même si je ne vous le recommande pas, les Chirurgiens seront eux habilités à réaliser des traitements d’urgence tels que les infiltrations. Même s’il serait dommage d’en arriver là quand on sait que des traitements naturels et efficaces existent.

Le sport est-il interdit en cas de Hernie discale ?

Pathologie handicapante, l’Hernie discale empêche bien souvent les sportifs de pratiquer leur activité quotidienne. Ce n’est en rien étonnant, puisque lorsque l’on pratique une activité physique, les différentes composantes de la colonne vertébrale sont sollicitées, muscles et vertèbres compris. Lorsque l’on est atteint d’hernie discale, les sports communs devront donc être bannis (sports collectifs, de contact, tennis…), au profit d’autres activités plus douces comme la marche, la natation ou le cyclisme. L’important sera de maintenir une certaine activité, afin de soulager les muscles et les tendons de l’organisme. Sans pour autant forcer toutefois, au risque de dégrader davantage les disques intervertébraux.

Que penser de l’opération comme traitement pour la hernie discale ?

Lorsque la maladie devient très douloureuse et qu’elle ne semble pas s’atténuer dans l’intensité, il arrive que le corps médical vous propose une opération chirurgicale. N’y succombez pas ! Au-delà du coût exorbitant ou encore des délais d’attente, une telle opération n’aura jamais l’assurance de régler le problème de l’hernie discale à 100%. En règle générale, nous estimons d’ailleurs que 2 opérations sur 10 n’auront aucun effet positif sur la pathologie, et que les douleurs persisteront après intervention. Pour nettoyer en régénérer vos disques intervertébraux, privilégiez plutôt les solutions naturelles et dont l’efficacité certaine a été prouvée scientifiquement ces derniers mois. Lire plus bas.

Que penser de la microchirurgie comme traitement pour la hernie discale ?

En termes d’opérations chirurgicales contre l’hernie discale, la microchirurgie du disque sera d’ailleurs couramment pratiquée. Consistant en un nettoyage plus ou moins complet du disque et du noyau, l’opération n’aura là encore aucune assurance de soulager la pathologie, puisque l’on estime à plus de 15% les cas où les patients ne ressentent aucune amélioration après intervention. Et même dans les cas où l’intervention se déroulera positivement, la microchirurgie ne permettra jamais de soigner l’hernie discale sur le long terme si aucun traitement n’est pris en simultané. En d’autres termes, évitez si vous le pouvez.

Que penser de l’infiltration comme traitement pour la hernie discale ?

Outre la microchirurgie, l’infiltration sera elle aussi à éviter pour soigner votre hernie discale. Consistant à injecter des corticoïdes sur la zone malade, les infiltrations n’agiront pas réellement sur l’origine de la pathologie mais sur ses symptômes. Quel que soit le type d’hernie discale dont vous souffrez, ce genre d’infiltration sera en plus néfaste pour votre organisme sur le long terme. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le corps médical limite le nombre d’injections annuelles à trois : de nombreux effets secondaires pour l’organisme sont régulièrement constatés ! Prise de poids, troubles sanguins, rétention d’eau, troubles sexuels…nombreux seront les conséquences indésirables liées aux infiltrations contre l’hernie discale. A éviter donc.

Sources, études et références