Avez-vous une Scoliose ? Quel Traitement Choisir ?

La Scoliose gâche la vie de milliers de Français. Douloureuse, elle touche de plus en plus de personnes. Voici les 16 questions qui vous permettront de tout savoir au sujet de la Scoliose. Bonne lecture !

Si vous n'avez pas le temps de tout lire et que vous souhaitez connaître le nom du meilleur traitement naturel pour la scoliose

Le mal de dos touche aujourd’hui une large partie de la population occidentale, sous plusieurs formes. On pense bien évidemment aux lombalgies, hernies discales, cervicalgies qui sont régulièrement diagnostiquées, mais aussi bien sûr au phénomène qui ne cesse de croître : la scoliose. Méconnue, douloureuse et parfois mystérieuse, la scoliose peut faire peur.

Alors, êtes-vous de votre côté touché par la scoliose ? Si cet article en 16 points ne remplace pas une analyse médicale, il pourra en revanche vous donner des éléments de réponse très sérieux sur la maladie.

Vous allez le voir, il existe quoi qu’il arrive des manières de soulager les scolioses.

scoliose

Définition : Qu'est-ce que la scoliose ?

Avant toute chose, il conviendra de comprendre au mieux ce qu’est la scoliose. Si l’on se réfère aux définitions médicales et autres rapports récents sur la question, la scoliose est une pathologie dorsale, qui se caractérise par une déviation de la colonne vertébrale. En d’autres termes, la scoliose peut se voir le plus souvent à l’œil nu, par la déformation qu’elle engendre sur le dos de l’individu. Pouvant atteindre plusieurs stades de développement et plusieurs degrés d’intensité, la scoliose ne touchera pas chaque patient de la même façon. Dans certains cas, la maladie pourra même être indolore dans un premier temps, avant de se déclarer au fil du temps. Retenez donc déjà que la scoliose différera toujours d’un patient à l’autre.

Quels sont les différents degrés de la scoliose ?

La scoliose est donc une maladie du dos qui varie en fonction de l’individu qu’elle touche. Comme chaque pathologie, les douleurs et gênes qu’elle va provoquer vont varier selon son intensité, calculée par le corps médical en degrés de gravité. Si la déviation de la colonne mesure moins de 10 degrés par rapport à la normale, on parlera par exemple d’une scoliose bénigne et légère, surveillée en général mais non traitée. Si la déviation de la scoliose est d’environ 20 degrés, elle sera considérée comme moyenne. C’est d’ailleurs la plus courante aujourd’hui en France. Enfin, si déviation du rachis est supérieure à 25 degrés, elle sera considérée comme grave et prioritaire au traitement. Retenez aussi que cette intensité de scoliose variera en fonction de la croissance de l’individu. Un enfant atteint de scoliose ne souffrira pas de la même manière à 10 ans qu’à l’âge adulte.

Qui est touché par la scoliose ?

Justement, puisque la maladie va varier selon les individus, quelles sont ces personnes principalement touchées par la scoliose ? Même si la pathologie ne se déclare pas au même âge pour tout le monde, on estime que la scoliose touche aujourd’hui 1 à 4% de la population occidentale, se déclarant dans la plupart des cas à l’entrée dans l’adolescence. En général, nous retrouverons donc la pathologie chez les jeunes enfants, avant que celle-ci ne soit traitée au fur et à mesure de la puberté. Une période d’ailleurs charnière, puisque la déformation de la colonne vertébrale pourra s’aggraver en même temps que le corps grandira. Côté sexe, on estime par ailleurs que les femmes sont bien plus touchées que les hommes, sans vraiment pouvoir l’expliquer jusqu’à présent.

Quels sont les symptômes de la scoliose ?

Pour vous mettre en alerte sur une éventuelle scoliose, différents symptômes semblent aujourd’hui incontournables et inhérents à la maladie. On regardera par exemple les épaules, qui ne s’aligneront pas lorsque l’individu se tient droit en cas de maladie. Une bosse, que l’on appelle « gibbosité » sera elle aussi visible en regardant de profil le patient. Outre ces déformations de la colonne, la personne victime d’une scoliose ressentira également des douleurs vertébrales et musculaires, une certaine fatigue au niveau des muscles et une difficulté à adopter une posture droite au quotidien. Si vous, ou votre enfant, semble développer ces symptômes, il faudra penser à consulter votre médecin généraliste, puis un spécialiste de la question.

Qu’est-ce que la cyphose ?

Souvent évoquée sur les forums ou dans les discussions avec les patients, la cyphose reste assez mal comprise en ce qui concerne la pathologie. Contrairement à ce que l’on peut croire, il ne s’agit pas d’une maladie ou d’un type de scoliose, mais au contraire de la bosse formée par cette scoliose sur le haut du dos du patient. Quand on regarde la personne malade de profil, c’est notamment cette cyphose qui donne l’impression d’un dos bossu.

Qu’est-ce que la lordose ?

Dans le même registre que la cyphose, la lordose reste elle aussi vague pour le public non averti. Là encore, il ne s’agit ni d’une maladie à proprement parler ou d’un genre de scoliose, puisque la lordose caractérise en fait le creux que provoque la scoliose au niveau des reins. C’est notamment elle qui va créer un décalage de la colonne vertébrale visible à l’œil nu, par rapport à la cyphose du haut du dos. Cyphose et lordose font donc partie intégrante des scolioses.

Quand parle-t-on de scoliose lombaire ?

Autre terme employé couramment lorsque l’on parle de scolioses, la scoliose lombaire est une pathologie spécifique, traitée par différentes médecines. Également nommée scoliose dorso lombaire, la pathologie résultera en fait d’une dégradation des vertèbres lombaires, soit celle que l’on retrouve au niveau des reins. Les causes sont plus ou moins les mêmes en fonction des patients, à savoir l’usure du temps sur le bas du dos. Qu’il s’agisse d’une scoliose à convexité gauche ou d’une scoliose à convexité droite, ce sont les séniors qui sont ainsi le plus atteints par ces scolioses lombaires. Les ouvriers du bâtiment ou les personnes de grande taille seront-elles aussi des cibles privilégiées de la pathologie lombaire.

Qu’est-ce que l’attitude scoliotique ?

Enfin, dernier point important en ce qui concerne la définition de la scoliose, l’attitude scoliotique. Contrairement à la scoliose, l’attitude scoliotique n’est pas une pathologie et se guérit assez facilement en quelques mois. Touchant principalement les enfants, elle est en fait le résultat de quelques mauvaises habitudes, comme les cartables trop lourds et les mauvaises postures, ou encore d’un membre plus court qu’un autre depuis la naissance. Si elle reste douloureuse et gênante, l’attitude scoliotique est donc facilement rectifiable par des exercices, des semelles adaptées ou encore de nouvelles habitudes de vie. Si votre enfant semble souffrir du dos et ne se tient pas droit, l’éventualité est donc à prendre en compte avant de diagnostiquer la scoliose.

Comment diagnostiquer la scoliose ?

Nous venons de l’aborder, la scoliose est donc une pathologie de la colonne vertébrale qui va user les vertèbres et muscles du patient, et notamment se voir en fonction de la courbure du rachis malade. Pour diagnostiquer cette scoliose, le spécialiste de santé regardera donc d’abord l’asymétrie des épaules, puis la bosse présente sur le haut du dos (cyphose) avant le creux dans le bas du dos (lordose). Si le patient souffre du dos, ne se tient naturellement pas droit et présente l’ensemble des caractéristiques dorsales évoquées, la scoliose peut alors être diagnostiquée par le corps médical.  

Comment se déroule la visite chez le spécialiste ?

Le diagnostic de la scoliose, ce sont différents spécialistes du dos qui vont l’établir. Dans un premier temps, votre médecin généraliste pourra vous confirmer son premier diagnostic, avant de vous renvoyer vers un rhumatologue (spécialiste du rachis), voire directement un radiologue. En vous rendant chez ce dernier, vous pourrez notamment connaître l’intensité de votre scoliose, en fonction du degré d’écart de votre colonne vertébrale par rapport à la normale. Quelle que soit l’étape du diagnostic, la visite chez le spécialiste ne sera donc pas douloureuse, puisque de simple exercices (ex : se pencher en avant, se tenir droit…) vous seront demandés pour vérifier la cambrure de votre rachis. Pour le reste, de simples radios et un entretien oral sur vos douleurs complèteront la consultation médicale.

Quelles sont les causes de la scoliose ?

Venons-en maintenant aux causes de cette fameuse scoliose. Il y en a en fait deux principales. La première cause de la scoliose, qui concerne jusqu’à 80% des cas pathologiques, est en réalité inconnue. Elle va concerner la scoliose idiopathique, c’est-à-dire celle qui survient au milieu de l’enfance ou pendant l’adolescence. Pour le moment, le facteur héréditaire est avancé par la science médicale, après analyse du cercle familial du patient moyen. Si vous avez dans votre famille une ou plusieurs personnes victimes de scolioses, le risque est donc à prendre en compte. Sinon, et c’est ce qui concernera plus de 20% des patients (scoliose secondaire), la scoliose pourra être le résultat d’une malformation congénitale (naissance), ou d’une pathologie annexe (osseuse, musculaire). Différentes causes sont donc possibles, même si aucune hypothèse scientifique n’est très aboutie pour le moment.

Peut-on guérir de la scoliose ?

Question importante maintenant, et qui vous intéressera forcément, peut-on guérir de la scoliose ? Heureusement, la réponse est OUI. Même s’il faudra plusieurs années et plusieurs paramètres pour en venir à bout, la scoliose se soigne aujourd’hui et les douleurs qu’elle provoque se soulagent assez bien. Différentes manières de se soigner existent, pouvant varier en fonction du degré d’intensité de la pathologie. Pour les scolioses bénignes par exemple, aucun traitement n’est prévu avant que les douleurs ne soient réellement insupportables.

Comment soigne-t-on habituellement la scoliose ?

Prochaine question : comment soigner une scoliose ? Habituellement, c’est d’abord vers un traitement médical que le patient s’oriente. Par là, j’entends bien sûr que les produits chimiques et autres antidouleurs sont assez utilisés pour soulager les désagréments de la pathologie. Ce qui n’est, bien sûr, pas optimal pour la santé générale du patient. Sinon, différentes solutions sont également disponibles sur le marché comme les corsets aidant à rétablir une bonne posture, les infiltrations ou encore les opérations chirurgicales pour les cas les plus avancés.

Quelles sont les opérations pour la scoliose ?

Pour les patients souffrant de la scoliose depuis longtemps, l’opération chirurgicale est donc parfois proposée par le corps médical. Elle concernera les scolioses considérées comme sérieuses (+ 50 degrés), et les individus les plus endoloris par la maladie. L’opération en elle-même sera en fait une fusion du rachis, permettant un certain « blocage » de la colonne vertébrale pour éviter toute malformation. Toutefois, et il faut le savoir avant de se lancer, l’opération permettra certes de réduire la courbure, mais pas d’atténuer les douleurs à 100%. Avant de tester d’autres traitements, il serait donc dommage de privilégier le passage à l’hôpital.

Comment bien soigner la scoliose ?

Pour bien soigner la scoliose, différents aspects sont à prendre en compte par le patient. Contraignant, le corset sera un atout évident pour corriger les scolioses moyennes, à intense. Se portant quasiment toute la journée - sauf pendant la toilette - le corset aidera d’une part le patient à se maintenir droit tout au long de la journée, et d’autre part à réduire la déformation de la colonne vertébrale au fil du temps.

Ensuite, le sport aura également son importance. Qu’il s’agisse de musculation, d’exercice à la maison ou encore de natation, l’exercice physique permettra de prendre de la masse musculaire, réduisant la pression instaurée sur les vertèbres du patient. Résultat des courses, les douleurs s’estompent et la malformation ne s’aggravera pas systématiquement chez le patient.

Enfin, et cela rejoint l’utilisation du corset, le patient atteint de scoliose devra également prendre l’habitude de rester droit, et d’éviter de se courber. Au travail, il conviendra donc de choisir un fauteuil adapté, d’ajuster la hauteur des écrans et de marcher le plus souvent possible. Pour les travailleurs manuels et autres ouvriers, des pauses devront être prises pour ne pas mettre de pression continue sur les vertèbres.

Quel est le meilleur traitement contre la scoliose ?

Nous y voilà ! Maintenant que vous connaissez les solutions de base pour soigner la scoliose (corset, exercice physique, postures quotidiennes...), sachez que le fait d’étirer les disques de la colonne et de favoriser la micro circulation sanguine du dos constituent le cocktail parfait pour venir à bout de la scoliose. Pour cela, deux produits sortent du lot : le Nubax et le tapis Champ de Fleurs.

avis nubax dos

Le Nubax est un appareil qui décomprime les disques de la colonne vertébrale. Conçu avec des matériaux de qualité, il permet à la fois l'alignement vertébrale, l'étirement des muscles et des ligaments pour un soulagement rapide et durable. Populaire en France, il est également considéré comme le traitement n°1 contre la scoliose.

Vu à la télé, le Champ de Fleurs est un tapis ingénieux conçu à la base pour soulager naturellement le mal de dos. Très populaire en France et déjà adopté par plus de 350 000 personnes, il est également considéré comme l'un des meilleurs traitements contre la scoliose.


Testés puis adoptés par mes soins, les deux produits sont développés par le site spécialiste www.lesmauxdedos.com.

Le Nubax décomprimera la colonne vertébrale pour l’aider progressivement à retrouver un aspect normal. Le Champ de Fleurs, de son côté, permettra d’augmenter la circulation sanguine et d’effacer n’importe quelle douleur par l’émission abondante des endorphines, hormones du plaisir.

Gros point positif, les produits sont en plus soumis à une garantie « Satisfait ou Remboursé » de 30 jours, permettant de tester sans risque leurs bienfaits. Dans ces conditions, il serait donc vraiment dommage de ne pas s’en servir. Moi, je vous les conseille, surtout si vous souffrez depuis trop longtemps de la scoliose.